09/10/2008

Salon de Londres 2008 : les nouveautés Saab avec Bio-Power

Le Saab BioPower arrive sur la gamme performante Aero
Saab domine le secteur automobile avec ses moteurs BioPower qui offrent plus de puissance tout en
exploitant les avantages environnementaux du bioéthanol (E85), un carburant renouvelable. Cette
technologie flex-fuel unique est maintenant disponible sur toutes les versions Aero de la gamme 9-3.

BioPower in Aero uitrustingsniveau
Saab is leider in de automobielindustrie met zijn BioPower-motoren die krachtiger worden terwijl de
bij het gebruik van bio-ethanol (E85).
In modeljaar 2009 wordt het Aero-uitrustingsniveau voor de 9-3 uitgebreid met de 2.0t BioPower motor.MY2009_9-3AeroBioPower

11:05 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saab, bio-power |  Facebook |

Les ventes de véhicules au bioéthanol ont atteint 100.000 bio-ethanolwagens verkocht

1202785bisLa Suède en tête dans la course pour réduire les émissions de CO2
Les ventes de véhicules au bioéthanol ont atteint 100.000 unités
Le marché pour les voitures alimentées au E85 est en pleine expansion. Saab, premier diffuseur de voitures flex-fuel en Europe, vient de livrer la 100.000ème voiture flex-fuel sur le marché suédois : il s’agit d’une Saab 9-3 BioPower. C’est une constatation : les versions Saab BioPower ont largement contribué à faire de la Suède le leader européen de la mutation vers des carburants renouvelables.
Il a fallu sept ans pour vendre les 300 premières automobiles flex-fuel en Suède. Six ans plus tard, plus de 50.000 unités étaient en circulation. Et 50.000 voitures flex-fuel sont venues s’y ajouter pendant les seuls derniers 15 mois, ce qui prouve que le marché est en pleine expansion. La politique de concertation menée entre le gouvernement, les régions, les producteurs de carburant, les distributeurs et les constructeurs automobiles a joué un rôle essentiel dans ce succès.
C’est Johan Bergstad, un particulier de Stockholm, qui vient de devenir l’heureux propriétaire de la 100.000ème voiture au bioéthanol : « En dehors de l’aspect environnemental, le fait d’acheter une voiture flex-fuel apporte de nombreux avantages sur le plan financier. Payer moins d’impôts, échapper à la taxe embouteillage, et avoir beaucoup d’emplacement gratuits pour se garer, cela change beaucoup de choses. »
« Le bioéthanol est l’une des solutions pour un avenir plus durable », explique Anna Langenius, Directrice du BioPower chez Saab. « L’infrastructure est en place, la technologie est au point et nous pensons qu’il représente la meilleure solution disponible aujourd’hui pour ralentir l’augmentation du
CO2 dans l’atmosphère. »
La première Saab 9-5 BioPower a été lancée en 2005. Depuis lors, Saab a enregistré une forte demande pour ses modèles BioPower. Grâce à sa présence au bon moment et à une offre produit unique, Saab a pris une sérieuse avance. Les avantages de la technique de suralimentation Saab ont permis de proposer un moteur offrant 30 ch de plus lorsqu’il fonctionne au bioéthanol E85, tout en
abaissant notablement l’impact global sur le CO2 en se basant sur une base du puits à la roue par rapport au pétrole.
« Nous savons que les clients adoptent volontiers une nouvelle technologie environnementale pour autant qu’ils ne soient pas pénalisés ou gênés en la choisissant, » conclut Anna Langenius.

 

Zweden neemt het voortouw bij de reductie van CO2-
emissies

Inmiddels 100.000 bio-ethanolwagens verkocht
De markt voor E85 flex-fuel wagens floreert. Saab, de grootste leverancier van flex-fuel wagens in Europa, bracht onlangs de 100.000e flex-fuel wagen op de Zweedse markt – een Saab 9-3 BioPower. Saab BioPower modellen leveren een grote bijdrage aan de Zweedse leiderspositie in de wereldwijde omschakeling naar alternatieve brandstoffen.
De verkoop van de eerste driehonderd flex-fuel wagens in Zweden nam zeven jaar in beslag. Zes jaar later telde Zweden maar liefst 50.000 flex-fuel wagens en alleen al in de afgelopen vijftien maanden is dat aantal verdubbeld – het bewijs dat deze markt enorm groeit. Een belangrijke sleutel tot dit succes is de gezamenlijke strategie tussen de regering, lokale overheden, brandstofproducenten, retailers en
autoconstructeurs
Johan Bergstad uit Stockholm werd onlangs eigenaar van de 100.000ste bio-ethanolwagen: “Behalve dat het milieu erbij gebaat is, heeft het rijden met een flex-fuel wagen ook veel economische voordelen. Denk aan belastingverlaging, geen tolheffingen en de mogelijkheid om gratis te parkeren.”
“Bio-ethanol is één van de voornaamste oplossingen voor een duurzame toekomst”, zegt Anna Langenius, Manager BioPower bij Saab. “De infrastructuur is er, net als de technologie, en vandaag beschouwen we het als de beste manier om de hoeveelheid CO2 in de atmosfeer terug te dringen.”
De eerste Saab 9-5 BioPower debuteerde in 2005. Sindsdien vertonen de verkoopcijfers van Saabs

BioPower-modellen een stijgende lijn. De combinatie van een uniek product en de juiste timing gaf Saab vanaf de start een belangrijke voorsprong. Saabs turbotechnologie maakt het mogelijk dat het motorvermogen met 25-30 pk toeneemt wanneer wordt gereden op bio-ethanol (E85), terwijl –
vergeleken met benzine – ook een duidelijke verlaging van de CO2-uitstoot op bron-tot-wielbasis wordt bereikt.
“De consument omarmt nieuwe milieuvriendelijke technologieën,” concludeert Anna Langenius, “zolang het hem maar geen problemen of ergernissen oplevert.”

11:02 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : saab, suede |  Facebook |

14/11/2006

Saab 9-5 2.3t Biopower : l'essai et vers une gamme complète

Saab 9-5 2.3t Biopower : l'essai et vers une gamme complète

Les Saab Biopower du futur
Lancée depuis la fin de l’année dernière en France, la Saab 9-5 2.0t Biopower rencontre déjà un certain succès d’estime, puisque 40 exemplaires ont déjà été écoulés en l’absence total de pompe à E85 française, ce qui représente quand même 15% des ventes totales de 9-5.

Les Saab Biopower du futurSon moteur quatre cylindres 2.0l turbo développe 180ch et 280Nm quand il est alimenté par de l’E85 et 150ch et 240Nm avec de l’essence. Une différence qui se fait sentir au chronomètre, avec 1.3s de différence au 0 à 100 km/h en faveur de l’E85.
Venant prêter main forte à cette pionnière, la Saab 9-5 2.3t Biopower va être commercialisée dans les semaines qui viennent. En augmentant notamment la cylindrée de son moteur à 2.3l, elle affiche 210 ch et 310 Nm avec de l’E85, contre 185 ch et 280 Nm avec de l’essence, la première solution permettant d’économiser 6 dixièmes de seconde au 0 à 100km/h.

A l’occasion de son lancement, le constructeur a mis les petits plats dans les grands, puisqu’il a fait venir spécialement de Suède une cuve d’E85 après de longues démarches administratives pour rester dans la légalité. C’est donc ce précieux carburant qui alimente la Saab 9-5 2.3t Biopower Estate Vector (ouf !) qui a été mise à ma disposition.

Les Saab Biopower du futurDe l’extérieur, si l’on omet le badge à l’arrière et l’énorme autocollant hurlant Biopower sur ses flancs, rien ne laisse deviner les prétentions écologiques du véhicule. Après un quart de tour de la clé de contact entre les sièges, toujours rien : le bruit est tout à fait classique. Quelques minutes de prise en main sur la route plus tard, je reste dubitatif : d’accord, c’est une Saab, avec le punch légendaire des moteurs 4 cylindres suralimentés de la marque, bien aidés ici par les 25 ch supplémentaires offerts par l’E85, mais rien de particulier ne transparaît à sa conduite.

En bon investigateur pas tombé de la dernière pluie acide, je m’arrête et m’extirpe aussitôt de l’habitacle, décidé à me fier à mon odorat, l’ouïe, la vue et le touché me faisant manifestement défaut. Accroupi dans le caniveau tel le caniche parisien moyen, j’hume les vapeurs s’échappant du discret pot d’échappement. Là il y a quelque chose : on sent une discrète fragrance, à mi chemin entre du caramel brûlé et du café en cours de torréfaction.
Voilà donc toutes les différences qu’on peut trouver dans un premier temps entre une Saab 9-5 2.3t et une Saab 9-5 2.3t Biopower. Dans un deuxième temps, c’est à coups de chiffres que l’écart se creuse un peu plus.
Commençons par le plus important : le taux de CO2 émis par kilomètre. Comme nous l’avons vu précédemment, il est identique pour les deux versions, de 212g/km pour une berline à boîte mécanique jusqu’à 246g/km pour un break à boîte automatique. Mais si on prend en compte seulement le « mauvais CO2 » issu des 15% d’essence contenus dans l’E85, la valeur descend jusqu’à seulement 45g/km, soit deux fois moins qu’une Smart ForTwo CDI considérée jusqu’ici comme la moins polluante des voitures commercialisées.

Viennent ensuite les problèmes du prix et de la consommation. La Saab 9-5 2.3t Vector est facturée 36 200€ en berline et 37 950€ en Estate, prix auxquels il faut ajouter 1000€ pour accéder au Biopower, à la puissance supplémentaire et à la conscience écologique satisfaite. Enfin, selon Saab, il faut aussi compter sur une augmentation de la consommation de l’ordre de 25 à 30%.

Extension de la gamme Biopower

Saab a d’abord pour ambition de proposer une alternative Biopower pour chacun de ses modèles, une Saab 9-5 2.3T Aero étant par exemple déjà proche de la production, avec une puissance dépassant les 300ch. Devant nos doutes sur la capacité du train avant pour digérer une telle puissance, Mr Kjell Ac Bergström, responsable GM Powertrain, nous rassure. Passionné par la marque, sa propre voiture personnelle est déjà une Aero Biopower développant 310ch ! Avec un différentiel à glissement limité et un travail important sur le train avant, il nous certifie que la voiture reste tout à fait conduisible, même sur la neige. J’avoue attendre impatiemment que Saab nous propose l’essai d’un tel modèle…
Après la 9-5, ce sera au tour de la 9-3 de pouvoir aussi bénéficier de l’expérience accumulée par sa grande soeur. Saab s’intéresse de plus de très près au « downsizing », et on pourrait voir apparaître des motorisations 1.6l et même 1.2l pour des performances identiques aux moteurs existants.

Les concept cars Biopower

Saab 9-5 2.3t Biopower : vers une gamme complèteAu dernier salon de Paris, le stand Saab présentait deux concept cars portant le blason Biopower. La plus raisonnable (quoique…) était la Saab 9-3 Cabriolet  BioPower Hybrid. Equipée d’un 2.0l turbo de 260ch et 375Nm fonctionnant au E100, elle est assistée par une boîte de vitesses hybride bimodale fourni par GM. Les problèmes de démarrage à froid dû à l’utilisation d’éthanol pur ne serait plus qu’un mauvais souvenir grâce à l’introduction d’un nouveau système d’injection baptisé SIDI (Spark Ignited Direct Injection) qui assure une combustion optimale avec l'E100. A ses côtés, l’Aero X a remporté un joli succès grâce à ses lignes futuristes. Fonctionnant aussi à l’E100 grâce à son système SIDI, son V6 2.8l biturbo atteint 400ch et 500Nm, une puissance et un couple judicieusement relayés au sol par une transmission intégrale

17:35 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saab, futur |  Facebook |

L’E85; intérêts et combien cela coûte ?

L’E85; intérêts et combien cela coûte ?

Saab 9-5 2.3t Biopower : l’essai avec de l’E85L’intérêt du E85 par rapport au GPL ou au GNC, ou même au véhicule hybride, est qu’il peut être utilisé directement  dans les véhicules à moteur à explosion : pas besoin de modifications lourdes comme l’ajout d’un moteur électrique ou d’un second système d’alimentation. L’E85 est cependant plus corrosif que l’essence : le réservoir, la pompe, les conduites et les raccords d’un côté et les soupapes et sièges de soupapes de l’autre doivent donc être revus en conséquence. Avec un réseau de distribution encore peu étendu, il est aussi indispensable qu’une voiture roulant à l’E85 soit flex-fuel, c’est à dire qu’elle puisse rouler avec 100% d’E85 ou 100% au sans-plomb, avec toutes les nuances de mélange possibles entre les deux, une lourde tâche confiée à la fée électronique qui analyse la qualité du carburant contenu dans le réservoir à chaque plein.
Pour les distributeurs de carburant, pas besoin non plus de se lancer dans de grands frais, les anciennes cuves qui contenaient du Super plombé pouvant tout à fait accueillir à la place de l’E85.
D’un point de vue technique, l’E85 possède un indice d’octane supérieur à celui de l’essence (104 contre 95/98), une qualité qui permet une pression de suralimentation supérieure et un calage de l’alimentation plus avancé sans risque de "cliquetis" dommageable ou de pré-détonation. En résumé, la puissance du moteur augmente de façon fiable. Mais un défaut non négligeable en découle : la consommation de carburant augmente de l’ordre de 25 à 30%.

L’E85 : combien ça coûte ?

Saab 9-5 2.3t Biopower : l’essai avec de l’E85Tout le monde sait que l’argent est le nerf de la guerre, et que si l’E85 n’est pas économiquement intéressant, son succès en France est plus que compromis. Nous savons déjà qu’il sera commercialisé au 1er Janvier 2007 au prix de 0.80€ le litre grâce à une directive de l’Union Européenne abaissant les taxes sur les biocarburants. C’est une belle différence sur le papier par rapport à l’essence mais qui dans la réalité est moindre, compte tenu du prix de vente légèrement supérieur de la voiture neuve et de la consommation en hausse. En Suède, les véhicules roulant à l’éthanol profitent de nombreux avantages financiers concédés par l’Etat mais en France, la situation reste floue : c’est en ce moment même soumis à vote au parlement, ce qui débouchera peut-être sur un crédit d’impôt pour le particulier.

L’E85 : déjà un succès en Suède

Saab 9-5 2.3t Biopower : l’essai avec de l’E85Même s’il paraît tout nouveau en France, l’E85 est déjà présent en Scandinavie, en Allemagne, au Royaume-Uni,  en Irlande, en Suisse, aux Pays-Bas et en Belgique. Mais le pays européen le plus avancé dans le domaine reste la Suède, grâce à la fusion des volontés de son gouvernement, de ses constructeurs automobiles, de ses distributeurs de carburant, et surtout de l’enthousiasme de son peuple.

On trouve ainsi aujourd’hui 300 pompes à E85 sur le territoire suédois, ce qui représente 10% du réseau national et qui devrait même passer à 25% d’ici 2008 sur volonté du gouvernement. Un tel réseau permet au E85 de représenter déjà 2.5% du carburant utilisé dans le transport routier.
Le gouvernement suédois n’est pas en reste, puisqu’il offre de nombreux avantages aux propriétaires de véhicules flex-fuel : taxation favorable de l’E85, mesures fiscales intéressantes et gratuité des stationnements et des péages. Il oblige de plus les administrations à compter au moins 50% de véhicules non polluants dans leurs flottes automobiles.

Sensible à l’environnement, le peuple suédois suit le mouvement, puisque le marché des véhicules verts représentent 13% du parc automobile total. Saab est passé maître dans ce domaine avec sa Saab 9-5 2.0t Biopower. Avec 11 500 modèles vendus, ce véritable succès commercial y représente 30% des ventes totales de véhicules flex-fuel, le double des estimations du constructeur à son lancement en juillet 2005. Une domination qui sera peut-être confirmée ce mois-ci avec le lancement d’une version 2.3t, que Saab nous a invité à essayer en ayant fait le plein au préalable avec de l’E85

17:32 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : saab, e85, avantage, bio-ethanol |  Facebook |

Saab 9-5 2.3t Biopower et l’E85 en questions

Saab 9-5 2.3t Biopower et l’E85 en questions

Au 1er janvier 2007, un nouveau carburant sera commercialisé en France, l’E85. Bien plus propre que l’essence et moins cher à 0,80€ le litre, le réseau de pompes devrait s’étendre tout au long de l’année prochaine, en espérant que ce biocarburant rencontre le même succès que dans certains autres pays européens. Comme en Suède par exemple, où la part des véhicules verts atteint 13%. Caradisiac a essayé pour vous le modèle le plus abouti, la Saab 9-5 2.3t Biopower et ses 210 chevaux écologiques.

« Oui, mais de toutes façons, la pollution, c’est surtout à cause des industriels. Et puis, ce sont les américains qui polluent le plus. Et attendez que la Chine et l’Inde s’y mettent vraiment aussi. En plus, mon voisin vidange sa voiture dans son jardin, alors hein… ». Des discussions comme ça, on peut en entendre tous les jours, et pas qu’au bistrot. Elles arrivent généralement quand on tente de modifier les habitudes de consommation des français. Le pollueur, c’est toujours l’autre, c’est facile et pas cher.

Pourtant, nous arrivons à un stade où la pollution devient le problème de tous, de l’industriel texan à l’agriculteur picard, en passant par le lecteur fidèle de Caradisiac : chaque effort allant dans le bon sens, aussi petit soit-il, est appréciable.

Cela commence par des gestes simples : trier ses ordures, économiser l’énergie et l’eau chez soi (l’étape avant « économiser » étant « arrêter de gaspiller »), favoriser les transports en commun et faire la hola quand Nicolas Hulot apparaît à la télévision. Dès le 1er Janvier 2007, un autre moyen de réduire son empreinte carbonique sera offert au particulier français : l’E85

L’E85 en questions

L’E85 : qu’est-ce que c’est ?

Saab 9-5 2.3t Biopower et l’E85 en questionsL’E85 est ce qu’on appelle un biocarburant constitué à 85% d’éthanol (d’où son nom) et 15% d’essence d’origine fossile indispensable pour l’instant pour autoriser les démarrages à froid. Cet éthanol peut être produit à partir de l’amidon contenu dans les végétaux : blé et orge en Suède, canne à sucre au Brésil, maïs aux Etats-Unis. Cette solution fait frémir nos écologistes à œillères qui voient en ce mode de production la porte ouverte à la famine mondiale et à l’agriculture intensive avec force pesticides et organismes génétiquement modifiés. Que cela ne tienne, on peut aussi obtenir de l’éthanol avec de la cellulose venant de paille, de copeaux de bois ou de résidus forestiers, avec à la clé des rendements supérieurs et une transformation qui nécessite moins d’énergie.
En 2004, l’agence internationale de l’énergie, qui fait partie de l’OCDE, a d’ailleurs publié une étude estimant que les ressources mondiales en biomasse suffisent pour permettre aux biocarburants tels que l'éthanol de répondre aux deux-tiers des besoins en énergie actuels du transport dans le monde.
Cependant, produire de l’E85, c’est bien, mais il faut que cette production elle-même ne soit pas déjà une source de pollution. Cela fait partie des priorités des producteurs qui visent le « zéro émission » d’un bout à l’autre de la chaîne, reposant sur le choix du type de la biomasse utilisé comme matière première et du processus de production. Est-ce pour autant la solution miracle que tout le monde attend ?

L’E85 : à quoi ça sert ?

Un véhicule fonctionnant à l’E85 émet autant de CO2 qu’un autre roulant à l’essence. Je vous vois froncer les sourcils, une pratique exprimant votre incompréhension et favorisant malheureusement l’apparition prématurée de rides disgracieuses sur votre visage poupin. Détendez-vous, l’explication arrive.
Il y a en fait du bon et du mauvais CO2, comme il existe du bon et du mauvais cholestérol, les bons chasseurs et les mauvais chasseurs. L’éthanol est produit principalement à base de végétaux. Ces derniers ont toute leur vie absorber goulûment du CO2, et c’est ce même CO2 qui est relâché dans l’air lors de la combustion de l’éthanol, ce qui forme un cycle fermé. C’est donc du bon CO2, qui a d’abord été consommé puis rejeté. Celui créé à la combustion d’essence d’origine fossile ne fait par contre partie d’aucun cycle, il est tout simplement libéré. C’est le mauvais CO2.
Non, ce n’est donc pas une solution miracle, mais en 2006, c’est ce qu’il y a de plus abouti et de plus facile à mettre en place dans le domaine de la réduction des émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules. Faut-il pour autant l’ignorer et attendre patiemment la fin du développement des voitures à hydrogène dans 10 ou 20 ans ? L’E85 reste la seule solution à court et à moyen terme

17:26 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : saab, desavantages, avantage |  Facebook |

10/11/2006

Les ventes Saab en Suède

Booming Sales for Saab 9-5 BioPower

 

Saab 9-5 BioPower sales in Sweden are exceeding expectations as thousands of drivers switch from gasoline to enjoy the environmental and performance benefits of bioethanol as a renewable and sustainable fuel.

 

More than 11,500 cars have been delivered since sales began in Sweden in July last year and the Saab 9-5 BioPower is clearly established as the country's top selling environmentally-friendly vehicle, taking almost 30 per cent of sales in a fast-growing segment that already accounts for 13 per cent of the total car market.

 

For the first nine months of this year, sales total 7,700 units and, in response to such strong demand, Saab is raising its full-year Biopower sales forecast to 10,000 units, twice its original estimate. This includes a 700-strong order bank that has already built up for the nearly-announced 9-5 2.3t BioPower model, which commences delivery later this month (Oct).

 

The current 2.0t BioPower model accounts for over 80 per cent of all Swedish 9-5 sales and it is enjoying a similar level of popularity in neighboring Norway, where 300 cars have been ordered since July as a result of E85 fuel becoming more widely available.

 

But Saab 9-5 BioPower models are not just about being kinder to the environment, they also deliver more power and performance.

 

In combiningE85 with turbocharging, the Saab 9-5 2.0t BioPower engines produces 180 bhp and 280 Nm of torque, 20 per cent more maximum power and 16 per cent more torque than on gasoline. For the sedan, this translates to zero to 100 kph acceleration in 8.5 secs and 80-120 kph in fifth gear in 12.6 secs, compared to 9.8 and 14.9 secs with gasoline. The 2.3t BioPower engine delivers 210 bhp and 310 Nm of torque, 14 and 11 per cent more respectively, and zero to 100 kph in 7.9 secs and 80-120 kph in 11.0 secs v. 8.5 and 12.6 secs.

 

Saab BioPower drivers also appreciate its practical benefits because the BioPower engine can run, without adjustment from the driver, on any combination of E85 fuel and/or gasoline. That means the driver can always put gasoline in the tank at any time should E85 not be available.

 

Demand in Sweden is particularly strong in the corporate and fleet sector, as indicated by a recent order for a total of 400 cars from rental operator Avis. The adoption of Saab BioPower also helps many companies and public authorities meet their ISO 14001 environmental standards.

 

"Saab BioPower is a win/win offer because it delivers sportier performance as well as greater environmental care," says Saab Sweden Marketing Director Patrik Riese. "In Sweden, our customers can fully exploit these benefits because we have a growing E85 supply infrastructure backed by government incentives to use biofuels. It is the right product for the right time."

 

 

Note to Editors:

Bioethanol is produced commercially from agricultural crops and supplied                                                                                                                             conveniently through the existing filling station infrastructure. Unlike gasoline, the consumption of pure bioethanol fuel does not raise overall atmospheric levels of carbon dioxide (CO2), the main 'greenhouse' gas. This is because emissions during driving are balanced by the amount of CO2 that is removed from the atmosphere when crops for conversion are grown.

 

In contrast, the consumption of a fossil fuel, such as gasoline, adds 'new' CO2 to the atmosphere, instead of 'recycling' what is already there.  In Sweden, bioethanol is blended (85% ethanol/15% gasoline) and sold as E85 fuel so its use yields a net reduction in CO2 emissions of up to 80% compared to gasoline.

 

# # #

http://media.saab.com/

12:39 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saab, flex-fuel, suede |  Facebook |

Saab 9-5 Biopower : l’essai avec de l’E85 !

Saab 9-5 Biopower : l’essai avec de l’E85 !


Par Pierre Desjardins le 8 novembre 2006 à 17h23 | réagir ?

Un 2.3l turbo sous le capot, 210ch disponibles sous le pied droit et seulement 45g de « mauvais » CO2 émis tous les kilomètres, ce qui relègue une Smart ForTwo CDI au rang d’un Amoco Cadiz à roulettes ? Impossible me direz-vous. Et pourtant, c’est l’expérience vécue au volant d’une Saab 9-5 2.3l turbo. Les arbres vous couvrent de leurs branches pour vous protéger du soleil dardant ses rayons, les lapins coquins vous saluent sur votre passage et la pluie tiède et cristalline (si bonne) lave votre carrosserie sans laisser de trace. Bienvenue dans le monde de l’E85.

Un an après la commercialisation de la première Saab 9-5 Biopower, le constructeur suédois nous a invité à l’essayer, avec dans le réservoir, tenez-vous bien, de l’E85, ce mélange d’éthanol à 85% (d’où son nom) et d’essence classique à... 15%, il y en a qui suivent. Ne pouvant sûrement pas compter sur la ridicule pompe fantôme de la porte d’Orléans, c’est par ses propres moyens que Saab a dû faire venir ses propres cuves de Suède, sans oublier de passer par la case douane incontournable.

C’est donc de façon tout à fait légale que je me glisse au volant d’une Saab 9-5 2.3l turbo Biopower dans son niveau de finition Vector et sa version Estate. Son tonitruant moteur délivre 185ch avec du vulgaire et sale sans-plomb dans son réservoir, mais avec du délicieux et pur E85 comme aujourd’hui, il atteint 210ch par la magie de mère Nature et des ingénieurs Saab.

De l’extérieur, si l’on omet le badge à l’arrière et l’énorme autocollant hurlant Biopower sur ses flancs, rien ne laisse deviner les prétentions écologiques du véhicule. Après un quart de tour de la clé de contact entre les sièges, toujours rien : le bruit est tout à fait classique. Quelques minutes de prise en main sur la route plus tard, je reste dubitatif : c’est une Saab, avec le punch légendaire des 4 cylindres suralimentés de la marque, mais rien de particulier ne transparaît à sa conduite.

En bon investigateur pas tombé de la dernière pluie acide, je m’arrête et m’extirpe aussitôt de l’habitacle, décidé à me fier à mon odorat, l’ouïe, la vue et le touché me faisant manifestement défaut. Accroupi dans le caniveau tel le caniche parisien moyen, j’hume les vapeurs s’échappant du discret pot d’échappement. Là il y a quelque chose : on sent une discrète fragrance, à mi chemin entre du caramel brûlé et du café en cours de torréfaction.

Résumons donc : une berline écologique, mais aussi puissante et confortable, des performances améliorés grâce aux 35ch supplémentaires offerts par l’E85 et un comportement moteur conforme à celui auquel nous a habitué Saab, pourquoi ne pas opter dès aujourd’hui pour une Biopower au moment de choisir votre Saab 9-5 ? Deux petites raisons : 1000€ supplémentaires sont demandés par rapport à une version classique et il faut compter sur 30% d’augmentation théorique de la consommation. Et une grosse raison : il faut toujours attendre le 1er Janvier 2007 pour enfin voir arriver la (vraie) première pompe E85 française.

E85 : just do it, et vite.

Retrouvez la semaine prochaine dans le magazine de Caradisiac l’essai complet (et sérieux) de la Saab 9-5 2.3l turbo Biopower.

 

09:55 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saab, flex-fuel, essai |  Facebook |

09/11/2006

Saab mise sur le développement des biocarburants

Saab mise sur le développement des biocarburants avec la 9.5 BioPower

Mercredi 8 novembre, Saab organisait en région parisienne des essais de la 9.5 BioPower dont la marque espère vendre 200 à 500 unités en France en 2007, contre 11 500 en Suède depuis juillet 2005. Le patron de la marque Jan-Ake Jonsson avait fait le déplacement pour expliquer les vertus de l’éthanol qui ne sautent pas aux yeux.

"Comme il y a le bon et le mauvais cholestérol, il y a le bon et le mauvais CO2" : cette analogie de Philippe Van Der Meulen, directeur de Saab en France résume assez efficacement la problématique du biocarburant (qui ne compte pas que des partisans).
En effet, les émissions de CO2 d’une Saab 9.5 BioPower (utilisant de l’E85 composé de 85% d’éthanol d’origine agricole et 15% d’essence) sont rigoureusement identiques à celles de la version essence (dans ses deux motorisations 2l et 2,3l). Ainsi, pour le moteur 2l, elles sont de 214 g/km avec 150 ch en version essence et 180 ch en version BioPower (avec E85). De surcroît, la motorisation BioPower consomme 30% de carburant en plus, même si elle offre également 30% de puissance en plus. Sur le papier, on peut donc considérer que la motorisation BioPower ne présente pas d’avantages sur le plan des émissions de CO2.
 
Une vertu qui ne se dévoile pas spontanément
Ce sont pourtant les vertus écologiques du biocarburant qui ont conduit à son développement en Suède, une démarche désormais préconisée par le gouvernement français dans le cadre du "rapport Prost" commandé par Thierry Breton.
La logique consiste à "ne pas compter" les émissions de CO2 issues du bio carburant (85% des volumes de carburant consommés pour être exact) puisque les plantes ont "consommés du CO2" lors de leur croissance (dans la même quantité) avant leur transformation. Contrairement au pétrole enfoui dans les sols. De ce point de vue, la combustion des biocarburants n’accroît pas les émissions de CO2 et ne participe donc pas à l’effet de serre. C’est cette logique qui permet à Saab d’annoncer "une baisse de 80% des émissions de CO2 pour la motorisation BioPower".
 
Un plébiscite en Suède pour la 9.5 BioPower qui fait 80% des ventes du modèle
Véritable succès en Suède, le développement de cette offre alternative de carburant permet aujourd’hui à Saab d’ajouter un 2,3l à sa gamme BioPower après le 2l sorti l’an dernier. Sur les neufs premiers mois de 2006, Saab a commercialisé la 9.5 BioPower à 7 700 unités (essentiellement en Suède) et en prévoit 10 000 pour l’ensemble de l’année soit le double de son objectif initial.
Pour la France, ce sont 200 à 500 unités (sur un objectif global entre 3 400 et 3 700) qui sont prévues en 2007 "en fonction des incitations fiscales qui seront adoptées par la loi de finance 2007", précise Fabrice Recoque, directeur des ventes de Saab en France. Car en Suède, l’Etat qui a décidé d’en promouvoir l’usage a mis en place des déductions fiscales pour les entreprises et les particuliers (20% d’abattement d’impôt, notamment).
En France, le prix garanti à 0,80 euros le litre est déjà un premier pas. Avec, le sans plomb entre 1,1 et 1,2 euros, l’écart étant d’au moins 30%, le budget carburant (30% de consommation supplémentaire) reste identique. Mais là n’est pas l’essentiel puisqu’une étude client montre que "les acheteurs d’une 9.5 BioPower justifient leur choix à 50% par une démarche de protection de l’environnement et 50% pour les avantages financiers", explique Jan Ake Jonsson, directeur général de Saab Automobile. De plus, avec le développement de ce marché "la technologie va évoluer" prédit le patron de la marque. D’ailleurs, dans les plans du constructeur "cette technologie sera sur tous les modèles, mais je ne peux pas vous dire quand", précise Jan Ake Jonsson. En Suède, 80% des ventes de 9.5 se font en 2006 avec cette motorisation.
 
Pourquoi cela peut marcher
L’offre du carburant dans les stations sera décisive. Et pour le moment il n’y en a pas, les premières étant prévues pour janvier 2007. Apparemment, l’installation de pompes de biocarburant nécessite un investissement marginal et cela pourrait aller très vite, comme en Suède annonce Philippe Van Der Meulen où "300 pompes ont été mises en place en 1 an". En France, on parle de 500 pompes équipés d’ici fin 2007.
La filière agricole qui a compris qu’elle avait un avenir dans cette direction pourrait également jouer un rôle moteur. Et le statut de pays producteur d’éthanol (alors que la Suède l’importe du Brésil) pourrait participer à cet essor. Déjà, la France a mis en place, sous l’impulsion du gouvernement, des filières de production, ce qui fait dire au directeur de Saab que "la marche est réellement en avant".
Enfin, le moteur BioPower accepte parfaitement un carburant sans plomb traditionnel, dans le même réservoir et dans toutes les configurations de "mélange". Ce qui facilite très certainement l’acte d’achat.
Pour Saab dont les ventes en France décollent cette année (+11% au cumul à fin octobre avec 2 336 unités, dont +60% en octobre) l’opportunité est unique de se doter d’une image de haut de gamme "environnementalement" correcte.
Florence Lagarde

16:12 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saab |  Facebook |

30/10/2006

Les constructeurs automobiles

Les constructeurs automobiles

 

Dès 2001, Ford a été le premier constructeur européen à commercialiser un véhicule fonctionnant au bio-éthanol (E85). Depuis, 15 000 Focus « flexibles » au bio-éthanol ont été vendues en Suède, où Ford détient 80 % du marché des véhicules écologiques.

Le moteur de la Saab 9-5 2.0 t Bio Power, qui fonctionne à l’E85, délivre 180 ch et un couple de 280 Nm — des données à comparer avec les 150 ch et les 240 Nm du modèle à essence, soit une augmentation de 20 % de la puissance maxi et 16 % de couple en plus. Voilà qui explique le « plein de performances ». L’accélération de 0 à 100 Km/h s’effectue en 8,5 secondes, et le passage de 80 à 120 km/h sur le cinquième rapport en 12,6 secondes, données à comparer aux 9,8 et 14,9 secondes avec l’essence.

 

Fort de ses 24.000 ventes flex-fuel en Europe depuis 2001, Ford entend donc profiter de son statut d'éclaireur pour s'approprier un certain succès. John Flemming, P-dg de Ford Europe a par ailleurs annoncé, à Paris, un investissement de 1,4 milliard d'euros pour le développement des technologies environnementales, afin de poursuivre dans le domaine. Une somme non négligeable dont une
autre marque du groupe pourrait bien profiter : Volvo. Le suédois, lui aussi engagé dans cette brèche commerciale du bio-éthanol. Prochainement, Volvo lancera des versions flex-fuel pour ses modèles S 40 et S 80. Quant à la C 30, celle-ci accueillera l'an prochain un moteur 1.8 flex-fuel. A terme, la marque annonce que la moitié de sa gamme sera équipée de ce système.

 

Qu’est-ce que la technologie flex fuel ?

Qu’est-ce que la technologie flex fuel ?

La plupart des véhicules peuvent  utiliser sans problème un mélange contenant une proportion de bio-éthanol jusqu’à 10%. Moyennant de légères et peu coûteuses adaptations, tout véhicule peut rouler avec n’importe quel mélange éthanol /essence.(« flex fuels cars »).

Au Brésil , plus de 70% des nouvelles voitures mises en circulations, toutes marques confondues, sont des « flex fuels cars »

Les véhicules flex fuel sont capables d’adapter automatiquement leur fonctionnement pour tout mélange d’essence et d’éthanol pur dans des proportions comprises entre 0 % et 85 % en volume d’éthanol. Ce sont en pratique des véhicules avec un moteur essence équipé de dispositifs d’injections, de capteurs électroniques spécifiques et d’une informatique supplémentaire ; de plus, les matériaux utilisés doivent être compatibles avec l’éthanol. Ils ne peuvent donc pas résulter de simples adaptations à partir de véhicules déjà existants.

Quel est son avantage ?

Ces véhicules présentent l’avantage pour le consommateur de pouvoir choisir le carburant le plus propre et le moins cher lors du passage à la pompe, ou à défaut d’éthanol proposé dans la station service, de pouvoir rouler à l’essence.

Où peut-on le trouver et à quel prix ?

La technologie est disponible chez la plupart des constructeurs déjà présents sur ce marché au Brésil et en Suède. A ce jour, seuls Ford, Volvo et Saab ont des modèles disponibles sur le marché belge mais Renault a déjà annoncé qu’à la mi-2009 il proposerait la moitié de sa gamme en flex fuel.

Le surcoût de ces véhicules reste limité (pas plus de 200 euros par véhicule à terme).