27/02/2007

Renault poursuit son engagement sur les biocarburants

Renault poursuit son engagement sur les biocarburants bioéthanol E85 et biodiesel B30


Renault poursuit son engagement sur les biocarburants bioéthanol E85 et biodiesel B30
Mégane bioéthanol E85
» Comme en 2006, Renault sera présent au Salon International de l’Agriculture, qui se tient à Paris du 3 au 11 mars 2007 (1). Très impliqué dans les technologies liées aux biocarburants, Renault y expose une Mégane bioéthanol E85, ainsi que l’une de ses motorisations compatibles au biodiesel B30, le 1.5 dCi 85 ch. A l’instar des « Incollables », jeu destiné à sensibiliser aux défis du réchauffement climatique, qui sera distribué sur le stand, Renault présente de façon très pédagogique les filières des biocarburants : pourquoi développer les biocarburants, comment sont fabriqués le bioéthanol et le biodiesel, qu’est-ce que l’approche « du puits à la roue » ?

Renault considère les biocarburants comme l’une des solutions les plus efficaces et économiques pour maîtriser les émissions de CO2 à moyen terme. Issus des végétaux, ils constituent en effet une énergie renouvelable et diversifiée, qui permet de limiter la dépendance énergétique aux carburants fossiles. Leur production à partir de ressources locales présente un avantage supplémentaire : éviter les émissions de CO2 lors du transport (routier ou maritime).

Au printemps 2007, Renault lancera une Mégane roulant au bioéthanol E85. Ce modèle, équipé de la motorisation 1.6 16v 110 ch, sera la première offre bioéthanol de Renault en Europe. Ces motorisations « bioéthanol », dérivées de blocs existants de la gamme, nécessitent des développements spécifiques pour fonctionner avec les différents types de carburants (essence ou éthanol E85). Les modifications portent notamment sur le circuit du carburant, le système d’injection (injecteurs, bougies et logiciel du contrôle moteur), ainsi que sur les pistons, les soupapes et les sièges de soupapes. Fort de son expérience acquise au Brésil depuis 2004, où il commercialise des modèles roulant au bioéthanol E100, Renault prévoit qu’à « l’horizon de 2009, 50 % de ses véhicules à moteurs essence offerts à la vente en Europe puissent fonctionner avec un mélange d’essence et d’éthanol jusqu’à 85% ». 

Renault commercialise depuis fin 2006 Trafic 2.0 dCi et Master 2.5 dCi compatibles au biodiesel B30. Ces modèles, destinés aux entreprises disposant d’une flotte de véhicules et d’une pompe spécifique, sont vendus aux mêmes tarifs que leurs versions équivalentes en diesel conventionnel. Ils représentent les premières applications de l’engagement pris par Renault dans le cadre de Renault Contrat 2009 : « tous les moteurs diesel de la gamme seront en 2009 capables de fonctionner avec un taux de 30% de biodiesel ». Le moteur diesel 1.5 dCi 85 ch, présenté sur le stand, illustre l’extension de ces développements aux motorisations destinées aux véhicules particuliers.

Mégane bioéthanol E85

La gamme Renault se situe aujourd’hui parmi les plus efficaces du monde en matière de consommation de carburant et d’émissions de CO2. L’un des objectifs du Renault Contrat 2009 est de progresser encore, « en vendant dès 2008 1 million de véhicules émettant moins de 140 g de CO2 par km, dont un tiers émettant moins de 120 g ».

Une approche pédagogique des enjeux du réchauffement climatique L’information et la sensibilisation du grand public aux enjeux du réchauffement climatique sont primordiales pour Renault. Cet impératif se traduit par le souci d’expliquer et de faire comprendre les avantages de l’usage des biocarburants dans l’automobile pour lutter contre les émissions de CO2.

Sur son stand, Renault explique ainsi au visiteur l’intérêt des biocarburants et le fonctionnement de ces filières. Le bioéthanol, biocarburant de référence pour les véhicules essence, est produit selon les régions du monde à partir de betteraves ou de blé (Europe), de maïs (Etats-Unis) ou de canne à sucre (Brésil), alors que le biodiesel, biocarburant destiné aux véhicules diesel, est issu de plantes oléagineuses (colza, tournesol, soja, jatropha, palme, etc.). 

Et le visiteur comprendra l’intérêt des biocarburants dans l’approche dite du « puits à la roue », c’est-à-dire lorsque l’on mesure le « bilan CO2 » d’un carburant sur l’ensemble de son cycle de vie. Ce bilan est inférieur de 20 % pour le biodiesel B30 par rapport à un diesel traditionnel, et peut atteindre 70 % dans le cas du bioéthanol E85 (issu de la canne à sucre) comparé à l’essence. Ces écarts résultent de la photosynthèse : pendant leur croissance, les plantes absorbent une partie du CO2 présent dans l’atmosphère. Celle-ci compense en partie les émissions réalisées pendant la production et la combustion des carburants. Ce phénomène n’existe pas pour les carburants classiques. Par ailleurs, dans la continuité du Mondial de l’Automobile 2006, Renault distribuera gratuitement plus de 20 000 exemplaires des « Incollables ». Cet outil pédagogique, développé en collaboration avec l’ADEME (Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie) permet d’informer et de sensibiliser, sous la forme d’un jeu de questions / réponses, à la protection de l’environnement. (1)

09:42 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : renault |  Facebook |

Commentaires

Bonjour

Ce sont les gouvernement qui en feront un carburant d'avenir ou pas !

Écrit par : courti | 24/03/2007

Les commentaires sont fermés.