09/11/2006

Saab mise sur le développement des biocarburants

Saab mise sur le développement des biocarburants avec la 9.5 BioPower

Mercredi 8 novembre, Saab organisait en région parisienne des essais de la 9.5 BioPower dont la marque espère vendre 200 à 500 unités en France en 2007, contre 11 500 en Suède depuis juillet 2005. Le patron de la marque Jan-Ake Jonsson avait fait le déplacement pour expliquer les vertus de l’éthanol qui ne sautent pas aux yeux.

"Comme il y a le bon et le mauvais cholestérol, il y a le bon et le mauvais CO2" : cette analogie de Philippe Van Der Meulen, directeur de Saab en France résume assez efficacement la problématique du biocarburant (qui ne compte pas que des partisans).
En effet, les émissions de CO2 d’une Saab 9.5 BioPower (utilisant de l’E85 composé de 85% d’éthanol d’origine agricole et 15% d’essence) sont rigoureusement identiques à celles de la version essence (dans ses deux motorisations 2l et 2,3l). Ainsi, pour le moteur 2l, elles sont de 214 g/km avec 150 ch en version essence et 180 ch en version BioPower (avec E85). De surcroît, la motorisation BioPower consomme 30% de carburant en plus, même si elle offre également 30% de puissance en plus. Sur le papier, on peut donc considérer que la motorisation BioPower ne présente pas d’avantages sur le plan des émissions de CO2.
 
Une vertu qui ne se dévoile pas spontanément
Ce sont pourtant les vertus écologiques du biocarburant qui ont conduit à son développement en Suède, une démarche désormais préconisée par le gouvernement français dans le cadre du "rapport Prost" commandé par Thierry Breton.
La logique consiste à "ne pas compter" les émissions de CO2 issues du bio carburant (85% des volumes de carburant consommés pour être exact) puisque les plantes ont "consommés du CO2" lors de leur croissance (dans la même quantité) avant leur transformation. Contrairement au pétrole enfoui dans les sols. De ce point de vue, la combustion des biocarburants n’accroît pas les émissions de CO2 et ne participe donc pas à l’effet de serre. C’est cette logique qui permet à Saab d’annoncer "une baisse de 80% des émissions de CO2 pour la motorisation BioPower".
 
Un plébiscite en Suède pour la 9.5 BioPower qui fait 80% des ventes du modèle
Véritable succès en Suède, le développement de cette offre alternative de carburant permet aujourd’hui à Saab d’ajouter un 2,3l à sa gamme BioPower après le 2l sorti l’an dernier. Sur les neufs premiers mois de 2006, Saab a commercialisé la 9.5 BioPower à 7 700 unités (essentiellement en Suède) et en prévoit 10 000 pour l’ensemble de l’année soit le double de son objectif initial.
Pour la France, ce sont 200 à 500 unités (sur un objectif global entre 3 400 et 3 700) qui sont prévues en 2007 "en fonction des incitations fiscales qui seront adoptées par la loi de finance 2007", précise Fabrice Recoque, directeur des ventes de Saab en France. Car en Suède, l’Etat qui a décidé d’en promouvoir l’usage a mis en place des déductions fiscales pour les entreprises et les particuliers (20% d’abattement d’impôt, notamment).
En France, le prix garanti à 0,80 euros le litre est déjà un premier pas. Avec, le sans plomb entre 1,1 et 1,2 euros, l’écart étant d’au moins 30%, le budget carburant (30% de consommation supplémentaire) reste identique. Mais là n’est pas l’essentiel puisqu’une étude client montre que "les acheteurs d’une 9.5 BioPower justifient leur choix à 50% par une démarche de protection de l’environnement et 50% pour les avantages financiers", explique Jan Ake Jonsson, directeur général de Saab Automobile. De plus, avec le développement de ce marché "la technologie va évoluer" prédit le patron de la marque. D’ailleurs, dans les plans du constructeur "cette technologie sera sur tous les modèles, mais je ne peux pas vous dire quand", précise Jan Ake Jonsson. En Suède, 80% des ventes de 9.5 se font en 2006 avec cette motorisation.
 
Pourquoi cela peut marcher
L’offre du carburant dans les stations sera décisive. Et pour le moment il n’y en a pas, les premières étant prévues pour janvier 2007. Apparemment, l’installation de pompes de biocarburant nécessite un investissement marginal et cela pourrait aller très vite, comme en Suède annonce Philippe Van Der Meulen où "300 pompes ont été mises en place en 1 an". En France, on parle de 500 pompes équipés d’ici fin 2007.
La filière agricole qui a compris qu’elle avait un avenir dans cette direction pourrait également jouer un rôle moteur. Et le statut de pays producteur d’éthanol (alors que la Suède l’importe du Brésil) pourrait participer à cet essor. Déjà, la France a mis en place, sous l’impulsion du gouvernement, des filières de production, ce qui fait dire au directeur de Saab que "la marche est réellement en avant".
Enfin, le moteur BioPower accepte parfaitement un carburant sans plomb traditionnel, dans le même réservoir et dans toutes les configurations de "mélange". Ce qui facilite très certainement l’acte d’achat.
Pour Saab dont les ventes en France décollent cette année (+11% au cumul à fin octobre avec 2 336 unités, dont +60% en octobre) l’opportunité est unique de se doter d’une image de haut de gamme "environnementalement" correcte.
Florence Lagarde

16:12 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saab |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.