01/11/2006

Le Brésil relève le pourcentage d'éthanol dans l'essence

Le Brésil relève le pourcentage d'éthanol dans l'essence

Par Elisabeth Studer le 1 novembre 2006 | Commentaires (0) Commentaires | Permalink

Flexfuel Manger ou conduire? Le gouvernement brésilien a décidé mardi de porter de 20% à 23% la pourcentage obligatoire d'alcool dans l'essence à partir du 20 novembre, a annoncé le ministère de l'agriculture.

Le taux d'alcool non hydraté dans l'essence avait été ramené en mars de 25% à 20% pour tenter de mettre un frein aux turbulences du marché et d'adapter la consommation aux stocks demeurant disponibles entre les récoltes de canne à sucre.

En relevant le taux d'alcool dans l'essence, le gouvernement entend à présent profiter de "l'existence de stocks élevés d'alcool en raison d'une bonne récolte de canne à sucre dans la région centre-sud et réduire ainsi la consommation d'essence", indique le ministère... et éviter ainsi une baisse du cours du sucre compte-tenu du niveau des réserves, ne nous leurrons pas ... La canne à sucre représente en effet pour le Brésil une manne loin d'être négligeable que le bon niveau des récoltes risquerait de restreindre.

La consommation d'alcool – sous forme d'éthanol - va augmenter de 306,9 millions de litres du fait du relèvement du pourcentage obligatoire à 23%, ce qui devrait ramener les stocks prévus au 1er mai à 614,3 millions de litres, un niveau jugé “confortable”.

Les exportations d'éthanol devraient augmenter cette année de 700 millions de litres pour une production en hausse de 1,7 milliard de litres par rapport à 2005, d'après le ministère. La production d'alcool devrait s'élever à 17,4 milliards de litres en 2006 et les exportations à environ 3,1 milliards, selon des chiffres de l'Union de la filière canne à sucre, Unica. Le Brésil est le premier producteur et exportateur mondial d'éthanol à base de canne à sucre. Plus de deux millions de voitures sont équipées de moteurs "flex" fonctionnant à l'essence additionnée d'alcool ou à l'éthanol pur.

L'éthanol représentait fin 2005 40 % du carburant - hors diesel - consommé dans le pays, selon l'Unica. Le Brésil est en effet le seul Etat au monde à avoir misé sur une énergie renouvelable pour la fabrication de son combustible. Le gouvernement au pouvoir entre 1964 et 1985 avait alors donné le coup d'envoi à ce plan. Après le premier choc pétrolier de 1973, la junte décrète la mobilisation générale. Via la mise en oeuvre de mesures contraignantes, de subventions et d'incitations fiscales, elle oblige les constructeurs automobiles et les “nouvels émirs” de la canne à sucre à travailler conjointement pour fabriquer des voitures carburant à l'éthanol. Dès le milieu des années 80, 96 % des véhicules vendus dans le pays ne roulent ainsi qu'à l'éthanol, appelé tout simplement « alcool » au Brésil.

Mais comme le pétrole dans les années 70, l'éthanol devient également une denrée rare, donc chère, au milieu des années 90. Les producteurs de canne à sucre avaient en effet préféré écouler leur marchandise sur le marché mondial pour profiter de la flambée des prix, plutôt que de consacrer une partie de leur récolte à la fabrication de l'éthanol, moins lucratif et limité au marché brésilien.

Echaudés par les effets de pénurie devant les pompes, les Brésiliens avient alors abandonné en masse les voitures à l'éthanol. Mais le carburant fait alors un come-back remarqué grâce au secteur privé et Volkswagen qui en 2003 met sur le marché la première voiture flex-fuel. Un véhicule fonctionnant à l'essence, à l'éthanol ou aux deux à la fois.

« Avec le flex-fuel, c'est comme au restaurant : on compose son plein à la carte, en fonction du prix des différents carburants », se félicite Roberto Giannetti da Fonseca, président d'Ethanol Trading. Même si pour la même distance, il faut environ 30 % de plus d'éthanol que d'essence, à l'heure d'une pétrole cher, le calcul est vite fait.

Sources : AFP, L'Expansion et Bosh en ce qui concerne les liens !

22:22 Écrit par Vincent dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bresil |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.